Requalification urbaine de l’ex-RN1

Le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis a réaménagé complètement l'ex-RN1 entre 2009 et 2013 afin de permettre l'insertion urbaine de la ligne de tramway (T5), mise en service fin juillet 2013. Bruitparif a installé une station de mesure le long de cet axe à Pierrefitte-sur-Seine afin de mesurer l'évolution de l'environnement sonore en lien avec ce réaménagement d'axe.

Période de réalisation

2008-2013

Territoire(s) concerné(s)

Entités ayant réalisé l’action

Entités impliquées dans l’évaluation de l’action

Description

L'ex-RN1 est un axe fortement circulé (trafic moyen de l'ordre de 30000 véhicules/jour) qui comporte qui plus est une forte proportion de véhicules poids lourds (autour de 6-7%). Cet axe constituait ainsi une coupure urbaine conséquente et une source importante de bruit, de pollution atmosphérique et d'accidents pour les riverains de cette infrastructure en Seine-Saint-Denis. Afin d'accroître l'accessibilité aux transports en commun des habitants de Seine-Saint-Denis, d'améliorer la qualité de vie des riverains, de redonner vie aux abords de cet axe en faisant notamment réapparaître des petits commerces, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis a engagé un programme de requalification en profondeur de l'axe entre 2009 et 2013, afin de permettre notamment l'insertion urbaine du tramway T5 dont la mise en service a eu lieu fin juillet 2013.

D'une longueur de ligne de 6,6 km, et comportant 16 stations, le tramway T5 permet de relier en 22 minutes la place du 8 mai 1945 à Saint-Denis au pôle gare de Garges/Sarcelles. Il traverse deux départements : la Seine-Saint-Denis et le Val d'Oise et dessert 4 communes : Saint-Denis, Pierrefitte-sur-Seine, Sarcelles et Garges-les-Gonesse. Il permet de désenclaver deux quartiers : le quartier des poètes à Pierrefitte-sur-Seine et le quartier des Lochères à Sarcelles. Il y circule une rame toutes les 5 minutes aux heures de pointe. La capacité de transport est de 30 000 voyageurs/jour.

Coût et financement

Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a financé les travaux connexes d'aménagement à hauteur de 40 M€.

Le coût de réalisation des infrastructures et des équipements fixes pour le tramway (hors matériel roulant) a été estimé à 163 M€. Le financement a été assuré à 71,5% par la Région Ile-de-France, 17,2% par l'État, 10% par le Conseil départemental du Val d'Oise, 1,3% par la RATP.

L’acquisition du matériel roulant a été intégralement financée par la RATP à hauteur de 52 M€.

évaluation de l’efficacité de l’action sur le plan acoustique

Situation initiale

Les travaux d'aménagement pilotés par le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis ont débuté début janvier 2009 sur la commune de Pierrefitte.

Aussi l'évaluation de l'état initial de l'environnement sonore a été réalisé à partir des données de mesure de l'année 2008, et plus spécifiquement au cours de celles du mois de juillet 2008, période pour laquelle le Conseil départemental a fait réaliser des comptages temporaires de trafic routier (entre le 2 et le 6 juillet).

Les données d'indice Harmonica sur cette période sont de :

Les comptages de trafic indiquent des débits de l'ordre de 34 000 véhicules/jour en moyenne et des vitesses de circulation autour de 39 km/h sur la période 6-22h et de 52 km/h sur la période 22-6h. La proportion de poids lourds est de 6,3 % le jour et de 4,1 % la nuit.

Situation finale

L'état de l'environnement sonore après réaménagement de l'axe a été évalué sur une période similaire en juillet 2014, une fois les travaux finis et le tramway en service. De nouveaux comptages temporaires de trafic routier ont été commandités par le Conseil départemental.

Les données d'indice sur cette période sont de :

Les comptages de trafic indiquent des débits de l'ordre de 32 800 véhicules/jour en moyenne (soit de l'ordre de 3 % de moins qu'en 2008) et des vitesses de circulation autour de 31 km/h sur la période 6-22h (soit inférieures de l'ordre de 20% par rapport à 2008) et de 40 km/h sur la période 22-6h (soit inférieures de l'ordre de 24% par rapport à 2008). La proportion de poids lourds est de 6,6 % le jour (comme en 2008) et de 6,5 % la nuit (soit plus élevée qu'en 2008).

Bilan

La réalisation de deux campagnes de comptage de trafic routier sur l’ex-RN1, l’une en juillet 2008 et l’autre en juillet 2014, a permis une exploitation approfondie des mesures de bruit obtenues au moyen de la station permanente dont Bruitparif dispose à Pierrefitte sur Seine le long de cette infrastructure.

La comparaison de ces deux périodes fait apparaître une diminution du bruit de 1 point d'indice Harmonica le jour (entre 6h et 22h) et de 1,3 point d'indice Harmonica la nuit (entre 22h et 6h), soit une baisse moyenne de 1,2 point d'indice sur 24h. À noter que la baisse est essentiellement le fait de la composante événementielle de l'indice, indiquant que le trafic est devenu plus fluide et apaisé (moins de bruit généré par des accélérations/décélérations ou coups de klaxons...).

Sur les mêmes périodes, le débit journalier est resté relativement stable (baisse de l'ordre de 3 %). Les vitesses circulées ont, elles, diminué significativement passant de 39 à 31 km/h en journée et de 52 à 40 km/h la nuit.

La diminution des niveaux de bruit observés peut donc s’expliquer par une combinaison des facteurs suivants :

DOCUMENTS