Restructuration des modes de déplacements sur la rue de Rivoli à Paris

Restreindre fortement la circulation des véhicules motorisés sur la rue de Rivoli, afin de diminuer les diverses pollutions (de l’air, visuelles et sonores) au cœur de l’hypercentre, est l’ambition de ce projet.

Période de réalisation

Travaux réalisés par étapes entre 2017 à 2022

Territoire(s) concerné(s)

Entités ayant réalisé l’action

Entités ayant participé à l’action

Entités impliquées dans l’évaluation de l’action

Description

Une piste cyclable bidirectionnelle a d’abord été construite de 2017 à 2019 sur le côté sud de la rue.

Puis, à la suite de la crise sanitaire, en 2020, la surface de cette piste cyclable bidirectionnelle a doublé grâce à la création d’une piste cyclable temporaire de la même largeur (dite « coronapiste ») : le but était de développer la pratique du cyclisme pour limiter les contaminations par le coronavirus.

Lors de la pérennisation de cette infrastructure temporaire, l’espace occupé par la piste cyclable bidirectionnelle créee entre 2017 et 2019 a été consacré à la circulation des cyclistes ouest-est. En complément, l’espace occupé par l’ancienne « coronapiste » a servi pour les déplacements est-ouest. La voie restante autorisée aux véhicules motorisés est celle qui se situe le plus au nord.

Ainsi, le projet a permis le passage de quatre voies de circulation motorisée à seulement une seule, ouverte pour certains types de véhicules spécifiques (notamment les taxis, bus, véhicules d’urgence et véhicules électriques). Notons que ce n’est pas le cas sur un court tronçon à proximité de l’Hôtel de ville, où la taille des voies cyclables a été divisée par deux au profit des véhicules motorisés.

Coût et financement

Piste cyclable de 2017 – 2019 : 2,6 millions d’euros

évaluation de l’efficacité de l’action sur le plan acoustique

Situation initiale

La station de mesure de Bruitparif qui est localisée de façon permanente au niveau du 88, rue de Rivoli, à proximité de la tour Saint-Jacques, montre qu’en 2015 et 2016, le niveau de bruit était de 76,6 dB(A) en Lden.

Ces résultats sont cohérents avec les cartes du bruit de 2012 et de 2017 qui montrent qu’avant ces aménagements, le niveau de bruit était en moyenne supérieur à 70 dB(A) tout au long de la rue de Rivoli (en violet clair), voire localement supérieur à 75 dB(A), (tronçon en violet foncé).

Carte de bruit de 2017 montrant la rue de Rivoli depuis la rue des Bourdonnais jusqu’à la rue Saint-Paul (Lden)

Situation finale

Nous pouvons analyser l’évolution grâce à la même station de mesure. Entre janvier et août 2022, le niveau de bruit était en moyenne de 70,9 dB(A) en Lden.

Bilan et perspectives

La différence de niveau de bruit routier entre la situation initiale et celle finale est très importante. La place consacrée à la circulation motorisée a été divisée par près de 4 (passage de 4 voies à une seule), soit une réduction de près de 75%. Notons également que la dernière voie restante est empruntée par une part croissante de véhicules électriques, dont le bruit est moins important.

Ainsi, une réduction de 75% du trafic motorisé permettant une baisse théorique du bruit de 6 dB(A), cela semble cohérent avec les mesures qui ont été effectuées sur la rue de Rivoli.